F. Dedieu à la journée d’études Sociologie des savoirs ruraux

affiche-savoirs-rurauxLa journée d’études Sociologie des savoirs ruraux, organisée par le laboratoire Printemps, se tiendra le 17 novembre 2014. Dans une perspective interdisciplinaire, cette journée d’études évoquera l’articulation des manières de comprendre le monde depuis, par et dans les espaces naturels.

François Dedieu interviendra autour des savoirs experts sur les intoxications professionnelles aux pesticides.

Plus d’informations sur le site du laboratoire Printemps

 

[Radio] Les paysans malades des pesticides

Nathalie Jas et Christian Nicourt, sociologues à l’unité RiTME de l’INRA et membres du projet SocioAgriPest, ont participé à un documentaire diffusé le 24 septembre 20174 sur France Culture.

 

Les paysans malades des pesticides

Un documentaire d’Inès Léraud et Anna Szmuc

 

Ils ont entre 45 et 55 ans, sont agriculteurs intensifs, sans aucune culture militante. Ils sont de droite, parfois très à droite. Rien ne les prédestinait à devenir contestataires de l’agriculture chimique, sur laquelle ils avaient au contraire tout misé. Mais suite à des ennuis de santé graves, liés aux produits phytosanitaires, ils vivent une évolution de leur pensée. Malades, culpabilisés par les institutions qui leur ont pourtant souvent caché les dangers de la chimie de synthèse, ils se perçoivent à la fois comme victimes et responsables, parfois même comme empoisonnés et empoisonneurs, révélant au travers des contradictions dans lesquelles ils sont pris, aussi bien les enjeux actuels du système capitaliste, qu’une culture singulière oscillant entre fierté et hantise du regard des autres.

Site de l’émission

[Radio] Peut-on vivre sans pesticides?

Jean-Noël Jouzel, sociologue au Centre de sociologie des organisations (CSO) et membre du projet SocioAgriPest, est intervenu dans une émission de la radio suisse RTS.

 

Émission Vacarme du dimanche 28 septembre 2014. Peut-on vivre sans pesticides?

Les pesticides ont envahi notre quotidien depuis les années 1960 pour permettre d’augmenter la productivité agricole. Mais des doutes sont apparus au fil du temps sur les effets néfastes d’un tel arrosage: baisse de l’efficacité des herbicides, pollutions des sols, soupçons sur leur responsabilité dans des maladies… Qu’en est-il réellement? Qu’en pensent les principaux concernés: industriels, agriculteurs, mais aussi médecins et chercheurs? Pourrait-on vivre sans pesticides?

Deux invités réagissent à des extraits de reportages diffusés durant la semaine:

– Olivier Viret, ingénieur agronome à l’Agroscope

– Jean-Noël Jouzel, sociologue au Centre de sociologie des organisations (CSO)

 

Site de l’émission

Maladies professionnelles et pesticides : les causes d’une méconnaissance

image par Jean-Noël Jouzel,  Centre de sociologie des organisations (CNRS/SciencesPo)

Environnement, Risques & Santé, Volume 13, numéro 4, Juillet-Août 2014.

Cet article porte sur les causes de la méconnaissance des effets pathogènes des substances toxiques présentes dans l’environnement sur la santé humaine. À partir du cas des maladies professionnelles induites par les pesticides, il montre que cette méconnaissance n’est pas un simple effet de la nature des interactions entre substances toxiques et corps humain, mais est également le produit d’actions humaines. À rebours d’approches qui mettent en avant les stratégies délibérées de « production du doute » mises en œuvre par les fabricants des produits dangereux, l’article montre que ces actions qui obscurcissent le lien entre environnement et santé peuvent paradoxalement être le fait d’acteurs sociaux qui cherchent à faire la lumière sur les effets pathogènes des toxiques environnementaux.

Accéder à l’article

 

Viticulteurs et techniciens viticoles face à leur exposition aux pesticides

ECRU_333_L204

 Par Christian Nicourt et Jean-Max Girault

INRA, SAE2, UR 1216 RiTME

Pourquoi des techniciens viticoles, moins exposés professionnellement aux pesticides que les viticulteurs, mettent-ils en place des stratégies collectives de protection, tandis que ces derniers, à première vue, ne semblent pas en avoir ? Nous soutiendrons l’hypothèse que tous cherchent à limiter une exposition sanitaire qu’ils ne peuvent exclure. L’objet de ce texte vise à comprendre, comparer et décrire leurs stratégies prudentielles.

Accéder à l’article

Des médecins alertent contre l’utilisation des pesticides

Interview par Pierre Mombroise (La Montagne, 21/12/2013)

L’association Alertes des médecins limousins sur les pesticides a organisé un débat, jeudi soir au CCS. Entre les conséquences sanitaires et les évolutions souhaitées, l’endocrinologue Sandrine Taillefer, vice-présidente de l’association fait un état des lieux d’une situation préoccupant

Suite de l’article

 

De l’intoxication à l’indignation

De l’intoxication à l’indignation. Le long parcours d’une victime des pesticides

Jouzel Jean-Noël et Giovanni Prete in Terrains & travaux, 2013/1 N° 22, p. 59-76.

Le 24 avril 2004, Paul François, exploitant agricole en Charente, fut victime d’une intoxication par un pesticide couramment employé pour le désherbage des cultures de maïs, le Lasso, produit par la société américaine Monsanto.

Suite de l’article

Rendre visible et laisser dans l’ombre

Rendre visible et laisser dans l’ombre. Savoir et ignorance dans les politiques de santé au travail

Jean-Noel Jouzel et François Dedieu in Revue française de science politique 2013/1 (Vol. 63)

En s’intéressant au phénomène de la méconnaissance des effets pathogènes pesticides sur la santé des agriculteurs, les auteurs cherchent à comprendre comment les instruments de connaissance qu’utilisent les politiques publiques peuvent avoir pour conséquence paradoxale d’obscurcir la compréhension des problèmes sociaux. Ils s’appuient pour cela sur les travaux récents portant sur les dynamiques de production organisée de l’ignorance, qu’ils complètent en en soulignant les prolongements politiques et moraux. Ils mettent ainsi en évidence deux facteurs d’invisibilité sociale des maladies induites par les pesticides parmi les travailleurs agricoles : la sous-reconnaissance institutionnalisée des pathologies chroniques causées par les expositions répétées à de faibles doses de pesticides ; la sous-déclaration par les victimes des pathologies aiguës induites par les intoxications ponctuelles à hautes doses.

Lien vers l’article